Vous êtes ici : Accueil > Techniques/innovations > Productions animales > Equins

Equins

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Recherche prairies pour les chevaux !

Charente-Maritime : Recensement offres / demandes de prairies pour les chevaux

Les mesures liées au Coronavirus ont entrainé la fermeture au public des structures équestres. Les chevaux et poneys, notamment d'instruction, sont « au chômage », faute de clients. Mais il faut quand même les entretenir et remplacer le manque de travail par des exercices physiques libres ou encadrés, le tout avec potentiellement moins de main d’œuvre ...

Cette perte de clients dans les centres équestres va probablement continuer bien au-delà de la date de confinement officiel, entrainant des chutes de chiffres d’affaires énormes pour 2020. Toute la filière est durement touchée par le confinement : les entreprises qui font de l’enseignement, celles spécialisées dans la randonnée et les activités d’été, les écuries de compétitions, etc. Surtout que beaucoup d’entre-elles disposent de peu de surface en herbe au regard de leurs chevaux et poneys.

La mise au pré pendant le confinement est donc une solution pour limiter le travail des gérants, tout en assurant le bien-être des équidés.

En Charente-Maritime, nous faisons un recensement des offres et des demandes de prairies pour les chevaux des structures équestres. Pour cette période de confinement, mais aussi dans l'objectif de créer quelques relations plus pérennes entre les professionnels équins et les agriculteurs "classiques". Des contacts pourraient aussi déboucher sur d'autres relations, comme la vente de foin, paille, reprise fumier, prestations matériel ou main d’œuvre.. etc.

Recherche de prairies pour chevaux

En tant que structure agricole, si vous avez des prairies qui pourraient être disponibles durant  cette période particulière, elles pourraient être d’une grande utilité à une entreprise équestre (centre équestre ou autre) pour l’aider à passer cette période compliquée économiquement et humainement.

Ça peut être des prés non utilisés, des jachères que vous pouvez déclarer en pré et valoriser en vente d’herbe (à voir selon votre taux de SIE), etc. Il est intéressant de proposer toute parcelle disponible. Selon la localisation de la parcelle et les besoins d’une entreprise équine proche, il est possible qu’elle soit utile.

Chaque cas est à voir avec le détenteur de chevaux.
Si vous connaissez un centre équestre proche de chez vous et pensez pouvoir lui rendre service, vous pouvez le contacter directement.

N'hésitez pas à remplir le questionnaire en cliquant sur ce lien pour formuler votre offre

Vos offres et propositions seront diffusées aux entreprises équestres en recherche de prairies afin qu’elles puissent vous contacter, et vous traiterez directement avec eux pour les conditions.
Nous ne pouvons assurer qu'un service de mise en relation, sans garantie de réussite !
Pour toute question ou suggestion, contacter Jean-Marie POUGET (voir encart en haut à droite)

* Listing constitué par la Chambre d'agriculture sur la base des informations recueillies auprès de chaque structure équine directement ou par l'intermédaire du Comité du tourisme Equestre de Charente-Maritime. Ces Informations pouvant être susceptibles d'évoluer au cours du temps.

La filière équine : une économie difficle

Caractérisée par la passion qu’elle développe tant au niveau de ses professionnels que de ses clients, la filière équine suscite toujours autant d’envies et encore beaucoup de projets, pourtant elle n’échappe pas au durcissement du contexte économique et social de ces 10 dernières années.

Après avoir bénéficié d’une forte croissance de ses pratiquants durant plus de 30 ans, notamment en Charente-Maritime, la filière a subit depuis quelques années la crise économique, l’augmentation de la TVA (de 5.5% à 20%) et la reprise des cours scolaires le mercredi matin dans de nombreuses communes. Ces évènements ont impacté la rentabilité de bon nombre de ces entreprises, particulièrement les centres équestres. Ces dernières années, la pratique de l’équitation s’est ralentie et la concurrence s’est accentuée ; cette tendance ne fléchit pas.

Beaucoup ont réussi à s’adapter (plus ou moins bien, malgré tout), mais porter des projets est devenu vraiment difficile et les structures en phase d’installation ou d’investissement doivent être d’autant plus vigilantes.

La filière équine subit, comme tous les autres pans de l’économie, des concurrences directes et indirectes qui ne cessent de croitre, la difficulté de recruter et de conserver son personnel, la conjoncture économique difficile et l’évolution rapide des attentes de ses pratiquants. Gérer un établissement équestre devient de plus en plus complexe et pointu. Créer et porter des projets impliquent désormais d’avoir une approche bien plus précise et gestionnaire qu’il y a 10 ans. Il ne suffit plus aujourd‘hui d’être un bon professionnel du cheval, il faut en plus avoir une vraie démarche d’entreprise.

En Charente-Maritime, pour des raisons d’occupation du territoire et compte tenu d’une couverture dense en structures équestres, les reprises d’entreprises sont largement préférées aux créations afin de ne pas augmenter une concurrence déjà forte. On constate, d’ailleurs, que ces dernières années les projets sont moins nombreux et que ceux qui les portent sont de plus en plus prudents.

Malgré tout, la filière reste un secteur porteur d’emplois et d’activités. Plus que jamais, les projets de reprises ou de créations doivent prendre en compte les évolutions de leur marché et les réalités du moment, et s’appuyer sur des références techniques et économiques. Particulièrement lorsqu’il n’est pas issu du département, le porteur de projet doit questionner les observateurs du contexte local. La passion restera le premier atout du chef d’entreprise mais sans de réelles compétences et sans de bonnes orientations, elle ne suffit plus.

La filière est très agricole dans son fonctionnement économique et dans par son intégration dans les territoires. Dans un contexte agricole où les débouchés des productions échappent généralement aux agriculteurs, les entreprises équines font partie de ces entreprises agricoles qui sont en prise directe avec leur clientèle.

Comme en agriculture, elle regroupe une grande diversité d’activités, et les entreprises ont souvent besoin de  beaucoup de capital. Ce sont des métiers qui nécessitent beaucoup de compétences et de temps de présence…. et l’accès au foncier est un souvent une difficulté supplémentaire. Pourtant, il est encore possible de gagner en rentabilité ou en confort de travail dans beaucoup d’établissements équestres et les reprises bien réfléchies peuvent conduire à de belles réussites.

Malgré sa faible rentabilité, elle garde de nombreux intérêts politiques au niveau social  (main d’œuvre, pédagogie, insertion dans un travail…), au niveau territorial (économie locale, foncier péri-urbain) et économique.

A la Chambre d'agriculture de la Charente-Maritime, Jean-Marie POUGET, est chargé de l’appui à la filière équine. Ses interventions se partagent entre de l’appui ponctuel, de l’appui à l’installation, de la formation et la participation au réseau national des techniciens spécialisés dans la filière équine dans les Chambres d’agriculture.

1 – Appui aux acteurs de la filière pour la création, la gestion et le développement des entreprises agricoles (loi de février 2005)

    Ce qui comprend du conseil pour :

Du cadrage réglementaire (social, juridique, réglementaire, fiscal),

Le bâtiment (création, transformation, mise aux normes),

La conduite des entreprises (gestion, investissement, alimentation, conduite prairies),

2 – Réseau national de la filière équine : réseau national des Chambre d’agriculture

  Ce réseau de techniciens spécialisés organise les veilles réglementaires et techniques, et permet des contacts permanents entre ses participants. Il facilite également les échanges avec les différents organismes professionnels encadrants la filière : FNC, GHN, IFCE, etc..

Ce réseau est particulièrement proche du réseau REFErences économiques de la filière équine (piloté par l’institut de l’élevage), car la plupart des techniciens spécialisés sont impliqués dans les deux réseaux.

Votre conseiller équin

Formulaire

Surface filière équine

Publications

Pour lutter contre la propagation du Covid-19, la MSA vous conseille

Particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l’épidémie de Covid-19 et des mesures prises...

Repères technico-économiques 2017

Résultats de 83 centres équestres

Premiers repères technico-économiques 2017 sur la prestation de traction équine