Equins

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Caractérisée par la passion qu’elle développe tant au niveau de ses professionnels que de ses clients, la filière équine suscite toujours autant d’envies et de projets bien qu’elle n’échappe pas au durcissement du contexte économique et social  global de ces dernières années.

Après avoir bénéficié d’une forte croissance de ses pratiquants durant 30 ans, notamment en Charente-Maritime, la filière subit depuis quelques années la crise économique, l’augmentation de TVA et la reprise des cours scolaires le mercredi matin. Ces événements ont impacté la rentabilité de nombre de ses entreprises, notamment les centres équestres. Beaucoup ont réussi à s’adapter, pourtant, les structures en phase d’installation doivent être d’autant plus vigilantes. En effet, ces dernières années, la pratique de l’équitation s’est ralentie et la concurrence s’est accentuée. Malgré tout, la filière reste un secteur porteur d’emplois et d’activités.

Plus que jamais, les projets de reprises ou de créations d’entreprises doivent prendre en compte les évolutions de leur marché et s’appuyer sur des références techniques et économiques objectives.
Dans un contexte agricole où les débouchés des productions échappent généralement aux agriculteurs, les entreprises équines font partie de ces entreprises agricoles qui sont en prise directe avec leur clientèle.

La filière équine est très agricole : dans son fonctionnement économique et par son implication dans les territoires. Elle regroupe une grande diversité d’activités et les entreprises nécessitent souvent beaucoup de capital. Par ailleurs, le métier d’éleveur nécessite beaucoup de compétences et de disponibilité...  et l’accès au foncier est un des principaux freins à la création d’entreprise. Malgré sa faible rentabilité, elle garde de nombreux intérêts politiques au niveau social (main d’œuvre, pédagogie, insertion dans un travail…), au niveau territorial (économie locale et foncier péri-urbain) et économique (125 à 130 millions de chiffre d’affaires en Poitou-Charentes).

A la Chambre d'agriculture de la Charente-Maritime, un conseiller d'Entreprise, Jean-Marie POUGET, est chargé de l'appui à la filière. Ses interventions se partagent entre des appuis ponctuels, de l'appui à installation, de la formation et la participation au réseau national des techniciens des Chambres d'agriculture spécialisés dans la filière équine.

  1. Appui aux acteurs de la filière pour la création et le développement des entreprises agricoles (loi de février 2005)

    Ce qui comprend du conseil pour :
    • du cadrage règlementaire (social, juridique, règlementaire, fiscal),
    • le bâtiment (création, transformation, mise aux normes),
    • la conduite des entreprises (gestion, investissement, alimentation, conduite prairies),
  2. Réseau national de la filière équine : réseau national des Chambres d'agriculture
    Ce réseau de techniciens spécialisés organise les veilles réglementaires et techniques et permet des contacts permanents entre ses participants. Il facilite également les échanges avec les différents organismes professionnels encadrants la filière : FNC, GHN, IFCE,etc.
    Ce réseau est particulièrement proche du réseau REFErences économiques de la filière équine car plusieurs techniciens sont impliqués dans les deux réseaux.