Vous êtes ici : Accueil > Gestion de l'exploitation > Prévention Chaleurs et élevages

Prévention Chaleurs et élevages

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Prévenir les coups de chaleur dans les élevages

La fréquence, l'intensité et la durée des vagues de chaleur vont augmenter dans les années à venir selon Météo France. Les éleveurs doivent d’ores et déjà s’y préparer et anticiper.
Il est maintenant indispensable d'adapter les pratiques d'élevages afin d'éviter la mortalité  des animaux de rente et, en parallèle, la diminution des performances de production.
Voici différentes préconisations qui peuvent être appliquées dès la parution de l'alerte météorologique mais aussi des préconisations et techniques à mettre en place sur l'exploitation sur le long terme.

Des bâtiments adaptés

Certains éleveurs ont investi dans des moyens qui peuvent permettre de passer plus aisément l’épisode de canicule. D’autres devront le faire pour améliorer les performances et la sécurité de leurs bâtiments. 
La maîtrise de la température du bâtiment peut être obtenue avec de la ventilation, de la brumisation légère, l’isolation des bâtiments, l’arrosage du toit, etc… 
L’hygrométrie peut être contrôlée par le maintien d’une litière sèche renouvelée régulièrement, la surveillance des fuites au niveau des abreuvoirs et le repérage des infiltrations d’eau,....

 

Des stockages supplémentaires

En cas de survenue de mortalité importante, il faut prévoir des mesures de conservation des cadavres dans l’attente du passage de l’équarrissage (congélateurs supplémentaires, chambres froides, bennes de stockage, aire de stockage bétonnée avec récupération des jus si nécessaire,...). En dernier recours si une surmortalité devait survenir avec incapacité des services d’équarrissage à intervenir, la préfecture demande aux opérateurs de la filière volaille et aux éleveurs de prévoir et d’identifier une zone d’enfouissement hors des bassins versants.

 

Préconisations

Voici différentes préconisations qui peuvent être appliquées dès la parution de l'alerte météorologique mais aussi des préconisations et techniques à mettre en place sur l'exploitation sur le long terme.

Espèce / T° de confort

Bovins allaitants :Adultes : -5°C à +22°C / Jeunes : +5°C à 25°C

Bovins laitiers : -5°C à +22°C / Jeunes : +5°C à 25°C

Porcins : 18°C à 25°C

Ovins : 5°C à 25°C

Caprins : 6°C à 27°C

Équins : 5°C à 25°C

Volailles : 10°C à 30°C en fonction de l'âge

Lapins : 15°C à 20°C

Conséquences des fortes températures

Stress thermique avec baisse des performances zootechniques :

  • Baisse de la prise alimentaire, problèmes de reproduction, difficultés d'engraissement, diminution de la lactation, baisse qualité de la viande et du lait,
  • Augmentation de la mortalité, avortements en fin de gestation, baisse des performances sportives du cheval. 

Préconisations à court terme

  • Surveiller l'abreuvement: s'assurer de la quantité d'abreuvoirs et du débit (jusqu'à 150L/jour pour un bovin adulte). 
  • Fractionner la distribution de la ration en plusieurs fois
  • Brumiser les bâtiments
  • Arroser les aires d'exercice et les toits des bâtiments
  • Ouvrir les bâtiments la nuit pour les refroidir et dégager les entrées et sorties d'air
  • Favoriser la ventilation naturelles avec des bâtiments très ouverts (bovins adultes et équins). 
  • Augmenter le débit de ventilation
  • Ajouter des ventilateurs d'appoint
  • Arroser les animaux (porcs, équins)
  • Curer très régulièrement les aires paillées (pouvoir chauffant du fumier) 
  • Diminuer les densités en bâtiment avant la période estivale
  • Favoriser les zones d'ombres (arbres, haies, abris...) pour les animaux en plein-air
  • Préférer la sortie des animaux au champ  la nuit
  • Favoriser l'alimentation des animaux entre 21H et 7h, et limiter les manipulations en pleine journée. 
  • Diminuer l'intensité de l'éclairage artificielle

Préconisations à long terme

  • Végétaliser les abords des bâtiments
  • Implanter de haies pour ombrage sur les parties des bâtiments exposées
  • Implanter de haies et d'arbres sur les surfaces de pâturages 
  • Mettre en place des abris extérieurs (équins)
  • Bien raisonner le bardage avec la création de trappes d'ouverture
  • Installer des ventilateurs
  • Isoler thermiquement les bâtiments, attention à limiter le nombre de plaques translucides (max 5%)
  • Installer des systèmes de cooling (porcins). 
  • Acclimater des animaux (volaille et lapins) : augmentation de la température d'ambiance de 2 à 3 °C par rapport aux préconisations habituelles dans les premières semaines de vie des animaux 

Transport des animaux en cas de forte chaleur

Les animaux doivent être protégés en permanence des intempéries, des rayons du soleil, de la chaleur. Ils ne doivent pas être transportés en cas de températures extrêmes pouvant générer des souffrances évitables.

Le transport d'animaux vivants est strictement réglementé. En période de canicule comme à toute autre période de l'année, l’article 3 du règlement CE 1/2005 prévoit que :

« Nul ne transporte ou ne fait transporter des animaux dans des conditions telles qu’ils risquent d’être blessés ou de subir des souffrances inutiles ».

Les animaux doivent par conséquent être protégés en permanence des intempéries, des rayons du soleil, de la chaleur ou du froid. Ils ne doivent pas être transportés en cas de températures extrêmes pouvant générer des souffrances évitables.

La réglementation de l'Union européenne prévoit également une inspection et un agrément des véhicules utilisés pour les transports de longue durée.
Les principales vérifications effectuées concernent :

  •  les systèmes de ventilation des véhicules permettant de maintenir la température à l'intérieur des compartiments entre 5°C et 30°C, avec une tolérance de 5°C en fonction des conditions climatiques ;
  •  la présence de capteurs de température permettant au conducteur de contrôler en permanence les températures à l'intérieur des compartiments ;
  •  la présence d'un système d'enregistrement de ces températures, dont les résultats doivent être tenus à disposition des services de contrôle.

Par ailleurs, tout organisateur de transport d'animaux doit tenir compte des conditions météorologiques lors de la planification du trajet. Des contrôles a posteriori peuvent être réalisés par les services officiels (notamment pour vérifier que les températures maximales n'ont pas été dépassées).

Lors des périodes de forte chaleur (températures supérieures à 30°C), il est généralement difficile de maintenir les températures à l’intérieur des compartiment hébergeant les animaux dans la fourchette réglementaire (entre 5°C et 30°C, +/- 5°C), a fortiori lorsque des arrêts prolongés sont prévus (par exemple aux lieux de transferts, ou aux différentes frontières traversées).
Par conséquent dans toute l'Europe, il est demandé aux services de contrôle de ne pas autoriser les échanges et exportations lorsque les prévisions météorologiques sur le trajet excèdent 30°C, à moins que des garanties ne soient apportées par l’organisateur sur sa capacité à maintenir les températures à l’intérieur du véhicule dans la fourchette réglementaire.

Le Règlement européen CE 1/2005 encadre tout transport d’animaux vivants au départ des pays membres de l’Union européenne. En vigueur depuis le 5 janvier 2007, il renforce notamment les mesures de surveillance, d’autorisation et de contrôle. Il prévoit également des règles plus strictes pour les transports de longue durée et définit des normes spécifiques de conformité pour les véhicules.

En savoir plus sur le site de la Commission européenne

 

Actualité du 23 juillet 2019

En cette période de canicule, le ministre de l'agriculture et de  l'alimentation, Didier Guillaume, a décidé de restreindre les transports  d'animaux sur le territoire national. Un arrêté ministériel publié  au JORF et applicable dès mardi 23 juillet 2019, demande aux Préfets  d'interdire les déplacements entre 13h et 18h pour les départements  classés en vigilance orange ou rouge (information disponible sur le site Internet de Météo France).
Des dérogations seront possibles, notamment pour les véhicules dotés  d'aménagements spécifiques et pour les animaux en souffrance dans leur  bâtiment. Une note de service précisera les contours de ces cas  dérogatoires.
Les dispositions en vigueur pour l'exportation (durée de transport supérieure à 8 heures) restent applicables en toute circonstance.

Adapter les bâtiments d'élevage à la chaleur, installer des systèmes de ventilation, installer des côtés amovibles, éviter l'ensoleillement direct, ... nos conseillers bâtîments vous informent et vous proposent des solutions

>> aller sur la page Bâtiment