Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Influenza aviaire, la situation s'aggrave, protégez vos élevages

Influenza aviaire, la situation s'aggrave, protégez vos élevages

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Face à une situation qui s'aggrave et des constats de non respect des mesures de protection contre l'influenza aviaire, la DDCSPP rappelle aux éleveurs et aux filières que les mesures de claustration des volailles et palmipèdes sont essentielles dans la lutte contre la circulation du virus dans les élevages et que toutes les mesures de biosécurité doivent être absolument mises en place, désinfection et circulation des hommes, des machines ou des animaux...

Suite aux crises majeures de 2015 et 2016, un plan national de lutte sanitaire a été mis en place. 

Il comprend depuis le 1er juillet 2016, l’obligation pour chaque détenteur de volailles ou d'autres oiseaux captifs de mettre en place un plan de biosécurité pour l'ensemble de son exploitation.

Ce plan de biosécurité est la première ligne de défense, >> Voir les conseils de bio sécurité

Sur le terrain, des anomalies peuvent être constatées dans sa mise en œuvre et font augmenter le risque de circulation des virus parmi lesquelles :

- des insuffisances de signalisation des zones d’exploitation (publique, professionnelle et unités de production),

- des insuffisances dans le plan de circulation et de gestion des flux avec par exemple l’absence d’aires de stationnement hors des zones professionnelles,  

 - l’impossibilité de désinfecter en zone professionnelle si passage en zone règlementée et la présence de points d’alimentation extérieurs en canard constatées après le 15  Novembre.

Ce plan de biosécurité de l'exploitation est la base permanente de protection sanitaire

>> Voir les mesures de biosécurité sur le site du Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Lutte grippe aviaire 

Des mesures s'ajoutent selon le niveau d’évaluation du risque d’introduction du virus Influenza aviaire sur le territoire.

L’arrêté du 4 novembre 2020 a mis le département en niveau de risque le plus élevé. Il imposela claustration et sans dérogation possible pour les élevages de canards de plus de 3200 animaux et les basses-cours.  >> Voir les mesures de l'arrété du 16 mars 2016

L'arrété du 16 décembre 2020 a permis de mettre en place une zone de protection (3 km autour du foyer) sur Bressuire (Boismé Nord et Bressuire Sud) et une zone de surveillance (10 km autour du foyer de Bressuire)

Un foyer en vendée fait également l'objet de zone de protection et de surveillance. avec un périmêtre de 10 km touchant, Le busseau, Moutiers sous Chantemerle, Saint Paul en Gâtine

 

Contact : Cécilia Monthus